Chronique

Gonzai

On peut lire une chronique de « Personne Ne Le Fera Pour Nous » sur le site Gonzaï.com à l’adresse suivante: http://www.gonzai.com/mendelson-personne-ne-le-fera-pour-nous/

”Après étude des rares propositions que lui a offert le monde merveilleux du disque en France, Mendelson a préféré finalement faire “sans”. Mendelson distribue Mendelson. Mendelson n’a pas les moyens de financer un partenariat avec la presse ou avec les radios. Mendelson ne prend pas d’encart publicitaire ni dans la presse, ni dans les rues, ni dans le métro. Vous ne pourrez pas tomber sur ce disque par hasard.”

C’est par ces quelques lignes que je découvrais Personne ne le fera pour nous, le nouvel album de Mendelson. L’ex-découverte prometteuse au talent aujourd’hui confirmé, mais en marge. Et sur les marges dur d’écrire. Dur de garder la ligne Mais Mendelson reste droit dans ses bottes. N’en démord pas, ne lâche pas ses idéaux. Va même jusqu’à les confronter avec la réalité en sortant cet objet de création. Et donne ce double album avec autant de pistes éparses, des champs des rivières des impasses et l’horizon.

Et dieu que ce disque tangue comme une croisière qui aurait rencontré les courants hostiles, navire en danger, SOS en secousses. Dans ces conditions perturbées, besoin de se rattacher à la corde du ponton. Et cette corde s’appelle Fantaisie militaire de Bashung. La même science des mots qui collent au palais avant de claquer aussi sec qu’une main sur le visage. Parce qu’au détour de Crétin c’est une histoire qui surgit, un bout de vie sur le sillon. Qui rappelle le monolithe de poésie qu’est Samuel Hall de Bashung, la lente montée organique et électrique qui s’étend, le mots qui cognent sur la paroi musical. Lorsque les chansons se transforment en contes urbains, comme sur ce 1983 (Barbara) qui n’est qu’une cousine du The Kids de Lou Reed.

«Quant t’auras fini de t’arroser la bite au champagne / Quand décidément tu ne feras plus jamais rire personne/ Qui voudra encore de toi /Qui se souviendra de ton téléphone»

Sur Dans tes rêves, c’est la lente dérive électrique d’On the Corner de Miles Davis fondue dans la noirceur du Démon d’Hubert Selby Jr. Hypnotique chanson.

Et puis c’est un détail mais… Mendelson a sut s’entourer. De l’excellent batteur Sylvain Joasson à Charlie O sur les claviers, Quentin Rollet sur les sax’… Un combo jazz électrique mutant prêt à bondir, mordre l’adversaire. Cet album est un combat (l’excellent pamphlet de J’aime pas les gens) au même titre que le récent Poing perdu de Michniak. Des projets qui devraient s’adresser à la foule mais ne passionnent que des bribes d’individus curieux, passionnés, énervés. En guerre. Et La honte, sur le deuxième CD, c’est une version moderne des Vieux de Brel. Une esquisse en instantané d’une émotion quotidienne.

Je ne sais pas si vous aurez le courage de prendre le temps d’écouter ce disque. Encore moins d’écouter les paroles et le flow de Mendelson. Encore moins d’aller écouter Personne ne le fera pour nous sur son myspace. Personne ne le fera pour vous c’est un fait… Mais il y a l’espoir dans ce disque, et des émotions qui transpirent plus que chez n’importe quel poète prépubère du 16ième arrondissement de Paris.

Le quatrième album n’est disponible physiquement que sur le site http://mendelson.free.fr ou sous formes numériques sur les plateformes de téléchargement payant. »
Bester Langs