En direct de Libération…

En direct de Libération, Olivier Adam, auteur à succès, nous parle…

« Dans le TGV vers Paris, fermé les yeux en écoutant Mendelson. «Il faut porter sa lumière dans les ténèbres. Personne ne le fera pour nous.» C’est une phrase de Bukowski. C’est aussi le titre de l’album. On ne le trouve que sur leur site : Mendelson.free.fr. Si quelqu’un m’écoute, qu’il s’y précipite. Le disque est immense, et Pascal Bouaziz, le patron du groupe, écrit comme personne en France, littérature comprise. On pense à Carver, à Bashung, à Pialat. Et puis il y a cette chanson, Barbara 1983, dès fois, je donnerais ma chemise et des tas d’autres trucs pour atteindre ça. Cette force, cette justesse. »
(Libération daté du samedi 8 septembre 2007)
http://www.liberation.fr/transversales/weekend/276981.FR.php

Deux nouvelles chroniques de « Personne… »

Deux nouvelles chroniques de « Personne Ne Le Fera Pour Nous », une sur le site 491 qu’on peut lire ICI:

« Personne ne le fera pour nous peut-être le disque français le plus z’énorme de la rentrée 2007. Mendelson sort un 4e album disque produit et distribué par Mendelson (ça montre l’état avancé de décomposition de l’ouïe des maisons de disques). Un disque impressionnant, un double album comme presque plus personne n’ose rêver en faire, des textes déroutants et tellement parfaits. Une musique qui traverse les mots, les accompagne et touche sans complexe notre sensibilité en attente, Mendelson est un vrai groupe (de rock !?). Autour de Pascal Bouaziz, guitariste et chanteur, tricoteur de mots on retrouve Charlie O., Quentin Rollet, Pierre-Yves Louis, Sylvain Joasson… et l’on assiste à quelque chose de rare. On a déjà tant dit sur Mendelson, ses influences. En gros et pour simplifier les classifications il est ailleurs dans le paysage de la chanson (rock !?) française.
Il y a cette écriture qui impressionne, qui touche au quotidien, notre quotidien, Barbara et ses onze minutes. Qui ose encore faire une chanson de onze minutes ?
Et puis il y a la musique, l’orgue de Charlie O., le saxophone de Rollet qui prend des allures de free-jazz, les guitares délicates et puis furieuses comme des coups de colère, comme des montées d’adrénaline. Il y a le groove de Crétin, la musique genre Sonic Y, guitares en avant au bord de l’explosion dans j’aime pas les gens, des pointes d’electro/jazz dans Dans tes rêves des rythmes qui basculent du côté du Black Beauty (M. Davis), les percussions, les guitares et le sax de Rollet qui braille, vraiment parfait.
En vérité Pascal Bouaziz (Mendelson) est un mec qui vient de sortir un disque fantastique Personne ne le fera pour nous est disponible sur http://mendelson.free.fr ou téléchargeable sur le net. Qu’on se le dise personne ne le fera pour vous ! »

Bruno Pin

et une autre dans le Petit bulletin de Lyon N°451 téléchargeable au format pdf, ICI, et qu’on peut lire ci-dessous: